La légende du nez bleu

quebec aqaf

En 1929, le gouvernement du Canada émettait un timbre de 50 cents où figurait une célèbre goélette canadienne toutes voiles déployées. Il s’agissait du Bluenose, une goélette de pêche et de course construite en 1921 dans un chantier naval de Lunenburg, en Nouvelle-Ecosse. Conçu pour naviguer sur les Grands Bancs et, hors saison de pêche, gagner les courses au large, ce bateau d’exception est sorti vainqueur de toutes les éditions de l’International Fisherman’s Cup Race. En 1937, la Monnaie royale canadienne mettait en circulation une pièce de 10 cents où était gravée une goélette de pêche dont le modèle était bien le Bluenose. Encore aujourd’hui, les plaques d’immatriculation des véhicules de la Nouvelle-Ecosse comportent un dessin du Bluenose, au-dessus de la devise Canada's Ocean Playground. Tant d’honneurs faits au Bluenose manifestent une véritable fierté nationale, qui trouve son origine en Nouvelle-Ecosse. La célèbre goélette a en effet été nommée d’après le surnom de Bluenose (« nez bleu ») donné usuellement aux Néo-Ecossais. Une légende vivace circule sur l’origine de ce surnom. La voici dévoilée …

Timbre bluenose canada
Le Bluenose sur un timbre canadien de 50 cents de 1929 (domaine public)
Pièce de 10 cents bluenose canada
Edition de 1964 de la pièce de 10 cents où est gravé le Bluenose (auteur Jamnik2017, licence CC BY-SA 4.0)
Plaque d'immatriculation nouvelle-écosse
Plaque d’immatriculation de la Nouvelle-Ecosse (auteur Dirk YUL, licence CC BY-SA 4.0)

Projetons-nous tout d’abord en 1785 à Annapolis Royal, en Nouvelle-Ecosse. La Révolution américaine est achevée depuis deux ans. C’est alors qu’apparaît la première trace écrite du « nez bleu ». Dans une lettre à un ami, Jacob Bailey, un Loyaliste[1] membre du clergé, se plaint du score obtenu par le parti politique adverse aux dernières élections : « Les nez bleus se sont employés au maximum de leur pouvoir et de leur ruse » (traduction). Le parti adverse est composé de résidents de longue date, appelés Pré-loyalistes[2], que Bailey surnomme blue noses. L’année suivante, le même Bailey regrette les violents démêlés entre les Loyalistes et les blue noses. Voilà donc le cœur du problème. Ce sobriquet peu flatteur est attaché aux fermiers et pêcheurs pré-loyalistes arrivés dans la vallée d’Annapolis dans les années 1760. Mais pourquoi « nez bleu » ? C’est le moment de dévoiler la légende attachée à l’histoire des Néo-Ecossais, bien qu’il s’agisse, en réalité, de deux anecdotes différentes …

La pomme de terre bleutée

Le « nez bleu » serait-il une variété de pomme de terre, tachetée d’un mauve bleu, que tous les fermiers cultivaient et consommaient dans la vallée d’Annapolis à partir des années 1760 ? Attirés par les terres fertiles abandonnées par les Acadiens, ces premiers fermiers avaient constaté qu’en réalité les Britanniques avaient expulsé les Acadiens, dévasté leurs fermes et laissé leurs terres en friche. Bien loin des autorités d’Halifax, ils avaient d’abord dû pratiquer une agriculture de subsistance. Facile à faire pousser et productive, la pomme de terre bleutée se serait popularisée au point qu’on lui invente le surnom de Bluenose.

La moufle teintée de bleu  

Qui peut croire qu’une pomme de terre même bleutée ait pu se métamorphoser en nez bleu ? Sûrement pas les pêcheurs qui ont leur propre explication. On raconte que pour leur protéger les mains, leurs femmes tricotaient des moufles et les coloraient avec une teinture bleue bon marché. Mais les robustes pêcheurs, confrontés en mer à l’air froid et humide et aux rafales de vent, avaient souvent le nez qui coule. Et en s’essuyant le nez avec leur moufle, la teinture bleue finissait par leur colorer le nez, au point qu’on leur invente à eux aussi le surnom de Bluenose.

Perpétuer la légende

Le célèbre bluenose
Le célèbre Bluenose en 1921 (auteur W.R. MacAskill, image colorée à la main par Elva MacAskill, domaine public)

Alors qui croire ? Les fermiers ou les pêcheurs ? On peut aussi penser que le nez bleu des pêcheurs ait pu donner son nom à la pomme de terre bleutée. Qu’importe finalement son origine, le surnom de Bluenose est entré dans la mémoire collective des Néo-Ecossais en prenant un sens affectueux au fil du temps, jusqu’à aujourd’hui. Quant au Bluenose, la célèbre goélette, vainqueur de la dernière course de l’International Fisherman’s Cup Race en 1938, il a connu une triste fin. Vendu à une compagnie privée en 1942, il a sombré en mer au large d’Haïti quatre ans plus tard. Depuis 1971, le Bluenose II, réplique de son prédécesseur construite en 1963, est l’Ambassadeur de la Nouvelle-Ecosse pour des campagnes de promotion touristiques ou commerciales. Avec une si belle illustration vivante de l’existence traditionnelle de ce peuple de marins, nul doute que la légende du nez bleu piquera encore longtemps la curiosité des habitants et des visiteurs de la province.

Image d’en-tête : Le Bluenose en 1921 (auteur W.R. MacAskill, domaine public).

Jean-Marc Agator

Sources

Le Bluenose, symbole canadien ; Archives de la Nouvelle-Ecosse.

L’Encyclopédie canadienne (Planters, Loyalistes au Canada).

Site du Bluenose II (Namesake) ; Province de la Nouvelle-Ecosse.

Bluenose 1921-2021 ; Célébrons les 100 ans d’une légende canadienne ; Lunenburg Marine Museum Society, Nova Scotia.


[1] Les Loyalistes sont des colons américains qui ont soutenu la cause britannique pendant la Révolution américaine. Entre 1783 et 1784, ils étaient environ 30000 à émigrer dans les provinces maritimes du Canada.

[2] Les Pré-Loyalistes (on dit aussi Planters) sont des colons de la Nouvelle-Ecosse, provenant en majorité de la Nouvelle-Angleterre. Arrivés pour la plupart dans les années 1760, ils ont précédé les Loyalistes américains.

Se rapprocher

Amateurs et curieux, contributeurs, mécènes (...) la culture Francophone France/Amérique du nord vous intéresse ?
Prendre contact
Passionnés par la francophonie des Amériques et la Nouvelle-Aquitaine, nous aimons partager une histoire et une culture commune, susciter des rencontres conviviales autour de la langue, la musique, la gastronomie et le tourisme.
2021, AQAF - Tous droits réservés - mentions légales
contact
userscrossmenu-circle